• Claire

Nos premiers kms sur les routes de France et d'Espagne... Je vous dis tout

Mis à jour : 1 mai 2020

¤ De Toulouse à la frontière Portugaise

¤ Du 02 Mai 2019 au 12 mai 2019

¤ 1214 kms effectués



Que dire de notre départ…

Seulement qu’il n’en finissait pas d’arriver et que finalement, tellement nous en avions marre de le repousser, nous l’avons quelque peu précipité. Vous saurez pourquoi un peu plus tard…

Nous voilà donc à 16h00 dans le camion que nous avions chargé vraiment à l’arrache, un peu de tout partout… « Pas grave, on rangera plus tard » ok… J’ai juste un peu l’impression d’être dans la bande dessinée « la famille Picoli » qui part en vacance ! Il ne manque que la cage à oiseaux, le cochon d’inde et le bocal du poisson rouge ! Et on pousse pour que ça rentre et non ce n’est pas une image...



Un petit coup de lavage...



Les stickers de nos sponsors posés...


Le départ n’est pas direct (en plus) puisque nous devons récupérer les « écarteurs de roues » que Cyril a fait faire sur mesure dans une entreprise de mécanique de précision … en plein Toulouse. Bref, le départ finalement se fera vers les 18h du coup pas question de rouler jusqu’au pays Basque d’une traite… Un œil sur Park4nignt et nous voilà sur une aire à la sortie de Gimon, bon ce n’est pas très glorieux mais nous ne sommes pas là pour battre des records non plus, donc…




Pendant l'installation Alexandre fait connaissance avec nos voisins à 2 pattes !


On s’installe… On déploie les slides, on constate très vite que nous avons trop de bazar… Notre première nuit se passe très bien, la nationale n’est pas très loin et des oies bien dodues se promènent sur l’aire et nous réveillent le matin (quoi de plus normal, nous sommes dans le Gers).


Vivement le Maroc que l'on puisse peindre notre porte arrière en fibre !


Détail non négligeable la douche n’est pas en fonction. Pire, la mise en eau a avorté à cause d’une fuite, l’histoire est donc en standby. Après un petit déjeuner et une toilette de chat nous voilà à tout caser à nouveau dans la cellule. Un vrai défi qui commence à nous iriser le poil. On joue à Tétris ! Ça ne peut pas durer comme ça. Il va falloir jeter et créer d’autres rangements et vite.


Cyril n’a pas le moral car il est déçu de son branchement « eau », du coup quand Cyril est contrarié il est bougon (c’est un euphémisme !). Pour couronner la bonne humeur ambiante le GPS nous fait faire des détours de fous jusqu’à nous faire passer dans des chemins improbables tout juste praticables pour un 3 tonnes. Tout à coup Cyril s'arrête sur le bas côté : Il sent dans le volant un soucis et la roue dans le rétroviseur semble voilée ! Sous la pluie il va voir ce qu'il se passe. Les boulons se sont un peu dévissés !? Effectivement, nous avons failli abîmer les boulons et la jante ! Du coup, il fait une révision des 4 roues toujours sous la pluie. J'avoue ne pas en mener large à ce moment là... 



Vérification complète et ça repart !

Nous arrivons donc tout vermoulus à Hendaye vers 18h. Il pleut quand meme depuis notre départ…

On choisit de se rendre dans un camping pour pouvoir se doucher, se poser et réfléchir aux améliorations que l’on peut apporter sans trop de frais. C’était sans compter que l’accueil des campings au mois de mai ferment à 17Hoo ! Bon, très bien, on fait comment ? On décide de tenter notre chance en Espagne et quelques kilomètres plus loin nous trouvons un super camping convivial, propre et tout près d’Hondaribia une super jolie ville en bord de mer (camping JAIZKIBEL- Hondaribia).



Photo prise le lendemain : Quoi ? Le soleil ? Vite on bouge ! 


Nous y restons 2 jours. Alexandre et moi partons le lendemain visiter les alentours On passe un très bon moment, c’est magnifique !



Le temps est très menaçant...




Hondarribia est une commune du Guipuscoa dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne située à la frontière française sur la rive gauche de l'estuaire de la Bidassoa, en face d'Hendaye (que l'on voit sur la photo).




Pour rallier le haut de la ville et le bas et pour chouchouter le touriste des escalators ou des ascenseurs panoramiques sont mis à disposition !


Un bocadillos à la tortillas et au jambon de pays c'est super bon !

Dès notre retour un orage éclate, il durera une bonne partie de la nuit. Cyril nous rejoint et commence à se détendre. On range notre bazar, on jette pas mal de choses finalement inutiles.

Alexandre se comporte plutôt bien, il n’a pas de crises de « rangement » et ne semble pas nerveux non plus. Il dort très bien et du moment qu’il y a de la musique lorsque nous roulons tout va bien.

Un petit déjeuner plus tard et plus de ¾ d’heure pour ranger (!), nous voilà partis pour l’Aquarium de San Sébastian.



San Sébastian est une très belle ville !




Le soleil est là mais la température et le vent sont glacials, peu importe nous sommes heureux de visiter ce magnifique aquarium ! C’est le plus grand d’Europe avec plus de 5000 poissons et un grand océanarium traversé par un tunnel de 360° ! Alexandre était aux anges surtout lorsqu’il a vu le requin, nous aussi étions très impressionnés !



Nous écourtons un peu notre visite de San Sébastian tant le froid nous saisit... En plus, sotte que je suis ! J'ai oublié ma seule veste chaude à la maison...


Vue depuis l'aquarium, un décor de carte postale

L'esplanade


Nous poursuivons donc notre route et on choisit un bivouac près d’un lac entre Ozaeta et Landa [42.951199-2.58489]. Un endroit très beau, de la verdure, des tables de pique-nique, des chevaux et leurs poulains. Hélas les douches sont fermées pour travaux de réfection… Je cueille quelques courioulettes que je mets au menu du soir : Fricassée de champignons à l’ail et une bonne soupe cela réchauffe les cœurs ! Et pour cause il fait un froid vif et la pluie ne cesse de tomber.



Bien que nous ayons rangé et fait un peu de place en jetant quelques affaires un point noir persiste : Le temps de « mise en place » Arrivée/Départ pour que l’habitacle soit opérationnel est toujours trop long et laborieux surtout lorsqu'il fait un temps de chien…

Les solutions : Trouver un grand rangement à placer dans un petit espace (entrée) et léger en plus… On va réfléchir. Mais pour les miracles c’est raté, on a largement dépassé Lourdes !

Au petit matin nous sommes frigorifiés mais pourquoi ne pas avoir mis le chauffage !? Juste parce que nous n’avons pas pensé en avoir besoin et donc pas de gasoil pour faire fonctionner la pompe à chaleur. N’apprend-t-on pas de ses erreurs ?

La route se poursuit vers Astorga, nous sommes seuls sur l'autoroute qui est gratuite ! (Toutes les autoroutes du Nord apparemment)

Le temps se gâte vraiment mais nous décidons de nous arrêter à Léon comme nous l’avions prévu pour visiter un peu (la cathédrale est magnifique et les tapas excellentes !).



Nous nous garons sur un grand parking juste derrière la cathédrale !