Road trip au Maroc - Partie III

Mis à jour : 2 mai 2020



Lundi 16 juin 2019

Un trajet haut en couleurs


C'est reboostés et bien reposés que nous quittons Kénitra au petit matin.

Heureusement d'ailleurs car les trajets au Maroc sont plutôt éprouvants, il faut être concentrés ! Nous profitons de l'autoroute jusqu'à Safi et nous continuons par la nationale 1. Nous nous relayons pour conduire.


Cyril a l'air d'aller mieux mais il reste encore fiévreux. Nous nous dirigeons vers Ounagha, situé à 25 km d'Essaouira, dans la région de Marrakech-Safi.


Nous traversons de tout petits villages animés par l'effervescence des souks et nous croisons plus de charrettes (tirées par des ânes) que de voitures. Les gens vivent au beau milieu de la route sans se soucier s'ils gênent le passage ! Il s'agit d'avoir une patience d'ange ! Nous ne sommes pas pressés me direz vous...

Le paysage change doucement et la terre, qui a une belle couleur rouge, devient plus aride.

Il fait très chaud et nous décidons de faire une petite halte sur le bord de la route. Cyril commence à être fatigué et la fièvre remonte un petit peu. A l'abris d'un arganier et sous l'oeil attentif d'un chien errant nous garons Bumblebee...



Nous arrivons à Ounagha, le trajet a été très agréable. Nous découvrons le camping "les oliviers" qui ne paye pas de mine vue de l'extérieur...


L'accueil est chaleureux. Alexandre est ravi car il y a une belle piscine ! Les sanitaires sont basiques mais propres, l'eau chaude est à volonté. Le camping est très fleuri et agréable.



Nous sommes, comme d'habitude, les seuls Européens... La piscine accueille les jeunes du village, du coup, il y a quand même de l'animation. Nous choisissons notre emplacement quand nous voyons un wolkwagen LT arriver... Whaou ! Une plaque française ! Ils s'arrêtent à notre hauteur et nous avons le plaisir de faire la connaissance de Marie et Akim deux voyageurs abonnés à notre page qui sont venus à notre rencontre !!! Nous sommes très heureux, cela fait tellement de bien de pouvoir discuter de ce que nous vivons ici au Maroc...


Nous nous installons et nous papotons toute l'après midi, Alexandre a investi la piscine et comme il fait très chaud, ça lui fait du bien. Nous avons finalement la même vision du Maroc qu'eux : Un coup c'est Whaou !! Un coup c'est le grand flop...


Nous passons une excellente soirée avec Akim et Marie qui nous briefent sur les coins à ne pas rater et nous donnent quelques tuyaux qui s'avéreront très utiles pour la suite de notre voyage...


Cyril a toujours un peu de fièvre, demain nous appellerons le SMIT pour savoir ce que l'on peut faire, ça fait trop longtemps que ça dure.


Mardi 17 juin 2019

Sous le signe de l'amitié


En nous réveillant nous avons une bonne surprise qui nous attend, posée sur l'escabeau du camion... Des pancakes ! Nous sommes touchés par cette attention... La journée commence bien, sous le signe de l'amitié...



J'appelle le SMIT dans la matinée. Le Dr nous prescrit l'antibiotique miracle "du voyageur" le PROFLOX (Ciprofloxacine). Je me rends à la pharmacie, tout près de la mosquée, là c'est un peu comme à l'épicerie, pas d'ordonnance, on demande et si le médicament est disponible on l'obtient sans plus de formalités... Cyril commence son traitement nous verrons...


Pour la petite histoire, Akim et Marie se retrouvent au Maroc "hors saison" parce-qu'ils ont sauvé un petit chien qui les a fait craquer au bord d'une route... A côté de sa "soeur" qui venait de se faire écraser, ce petit chien était voué au même destin que des centaines d’autres au Maroc pour ne pas dire des milliers... ils l’ont sauvé et adopté😀👍 Ils avaient déjà Moustache à bord, un border collie très gentil. Seulement, ce n'est pas si simple au Maroc de ramener un chien... Outre les vaccinations et l'identification qui sont obligatoires, il faut faire un titrage antiarabique. Pour faire simple :


Modalités pratiques (pour quitter le Maroc avec un animal)

  • Le titrage sérique des anticorps antirabiques est un examen de laboratoire effectué sur un prélèvement sanguin réalisé afin de s’assurer de l’efficacité de la vaccination contre la rage. Il est effectué sur un échantillon de sang prélevé par le vétérinaire traitant de l'animal (chien, chat ou furet), au moins 30 jours après la vaccination.

  • Le prélèvement sanguin doit être fait au moins 3 mois avant l’importation, sur un animal dont la vaccination antirabique est en cours de validité au moment de la prise de sang. Le délai de 3 mois ne s’applique pas en cas de réintroduction d’un animal de compagnie sur le territoire de l’Union européenne, si le titrage avait été réalisé avec un résultat favorable avant qu’il n’ait quitté le territoire de l’Union européenne.


Du coup, Marie et Akim devaient encore attendre 1moi1/2 au Maroc pour effectuer cette prise de sang à Agadir chez un vétérinaire agréé. Mais quand on aime on compte pas !



C'est vrai qu'il est craquant quand même ! Comme nous, ils sont très sensibles à la cause animale et au Maroc l'impact de la pauvreté sur les conditions de vie des animaux (chiens, chats, ânes, mules...) est un grave problème. Cependant certaines associations oeuvrent quand même pour palier au problème, mais il y aurait tant à faire ! A Imsouane par exemple, on trouve des chiens en plus ou moins bon état, qui sont protégés et bagués, mais c'est difficile, nous avons vu certains chiens envahis par des tiques et des mouches... Quant aux ânes nous les voyons souvent aux bords des routes, leur harnachement blessants à sang, attachés en plein soleil sans ombre, souvent avec leur tapis de bat épais comme tout... Certains sont extrêmement maigres (comment les marocains peuvent ils nourrir leurs animaux alors qu'eux même ont du mal à le faire ?). Combien de fois en les voyant passer sur les routes, au galop chargés à mort sur le dos ou la carriole, les gars qui leurs tirent tellement sur la gueule que les ânes ont la langue qui pendent, ils galopent la gueule grande ouverte, et à côté les gars bâtonnent dessus pour les faire avancer encore et encore. Ce spectacle là fut pour nous bien difficile à supporter...


Akim lance l'idée de faire un Tajine végétarien et demande au gérant du camping s'il peut nous prêter le matériel. Marie s'attèle à l'épluchage tandis que les Cyril et Akim préparent le feu. Akim nous explique qu'il vaut mieux éloigner le feu des camions au cas où un scorpion serait dans les parages (les scorpions sont attirés par la chaleur grrrr !), il nous explique aussi que la lumière attire les araignées, charmant... Je note !



Bien entendu, le tajine fût un régal ! Nous passons une excellente soirée. Demain, nous levons le camp direction Imsouane avec un arrêt à Essaouira pour visiter la Médina...




Mercredi 18 juin 2019

Une photo souvenir officielle !?


Nous quittons le camping où nous avons passé un excellent séjour. Il fait chaud mais c'est supportable. Cyril n'a plus de fièvre ce matin et ça c'est de bonne augure... Nous roulons direction Essaouira.



Nous traversons Talmest et je me fais la réflexion "mince, on a dépassé un distributeur bancaire il faudrait retirer de l'argent", Cyril me répond que ça peut attendre Essaouira, donc nous poursuivons notre route tranquillement... Apparemment pas si tranquillement que ça puisque passé le panneau de fin de limitation de vitesse au bord de la route un agent nous demande de nous arrêter sur le bord ...


Cyril, après avoir été soupçonné "d’espionnage" avec son drone se voit affligé d'une contravention pour avoir roulé à 68 km/h au lieu de 60 🤔. Les jumelles étaient cachées derrière le panneau de fin d’interdiction de rouler à 60 .... Bienvenue au Maroc ! c’est ce qu’a dit l'agent » à Cyril « vous avez votre photo souvenir » Oui ! En plus ils ont de l’humour 😂 !


Nous voilà donc faisant demi tour pour aller retirer de l'argent (mon impression était la bonne... Ha ! l'intuition féminine quand même) ! 😂 Puis nous nous acquittons d'une amende de 150 dirhams...



L'incident digéré, nous poursuivons notre route. Nous pénétrons dans la ville d'Essaouira. C'est l'effervescence partout ! Nous sommes dans la province de Marrakech Safi qui se classe parmi les 10 régions les plus pauvres et cela se voit... Dans certaines zones de la ville nous nous sommes sentis vraiment mal à l'aise.



Nous arrivons devant l'esplanade à l'entrée de la médina. Cette zone est propre, calme au premier regard et nous pensions à ce moment là que nous allions passer une agréable après midi...



Le calme ne fût que de courte durée. Etant donné que nous sommes seulement trois européens sur cette esplanade, nous sommes pistés de loin... Les "placeurs" s'embrouillent pour savoir qui va pouvoir encaisser. C'est le numéro royal au Maroc : Il se pratique partout où vous êtes censés vous garer, même dans les tout petits villages ! Des gens mettent un gilet de couleur voyante (jaune le plus souvent) et s'improvisent propriétaires des rues libres de stationnement. Ils vous"aident" à vous garer moyennant quelques dirhams... Nous nous acquittons volontiers de ce prélèvement qui, en somme, n'est pas très cher et peut aider ces personnes mais parfois leur façon de faire est très déplaisante voir plutôt agressive.


Nous décidons de manger sur place un sandwich à l'ombre du camion. Hélas nous sommes à nouveau constamment agressés par des mendiants et vendeurs en tous genres... Il fait extrêmement chaud et nous décidons d'abréger le repas et de partir visiter la médina dont on nous a venté les mérites, j'ai hâte car j'imagine la même qu'à Asilha (que j'avais beaucoup aimé) mais en plus important.


Nous voilà partis. Juste après l'entrée je repère un passage dans lequel nous nous dirigeons, il s'agit d'une placette avec des boutiques d'artisans d'art... Tout ce que j'aime ! Hélas je déchante vite... Bien sûr il n'y a aucun prix mais ça au Maroc, c'est normal et lorsque je demande on m'annonce des tarifs pharaoniques ! Dommage... On ne s'attarde pas et on repart dans la médina.


C'est un concept !


Nous continuons notre balade. A l’abri des ses remparts, la medina d’Essaouira offre un dédale de ruelles où se déclinent des nuances de blanc, d’ocre et de bleu. Nous nous enfonçons dans cette médina baignés dans des effluves de poisson et d'iode mélangées au parfum d'épices.



Peut-être n'avons nous pas pris la bonne direction mais le fait est que plus nous nous avançons plus Il y règne une ambiance particulière et nous sommes vite mal à l'aise. Les sollicitations à la limite du harcèlement des marchands, la crasse de certaines ruelles délabrées et la pauvreté font de cette balade, que je pensais pourtant paisible, une véritable épreuve. Il fait très chaud, environ 38°, des personnes malades, épuisées ou complètement droguées parfois très âgées jonchent le sol, les yeux mi-clos, agonisant en plein soleil. Je suis certaine qu'elles peuvent mourir dans l'indifférence la plus totale. Et je ne parle pas des insultes récurrentes lorsque l’on refuse d’entrer dans une boutique ou que l’on ressort sans acheter …


Pour prendre cette photo, j'ai acheté quelques olives... Pas assez au goût du marchand puisqu'il m'a quasiment insulté lorsque je lui ai demandé de prendre la photo !


Nous cherchons la sortie et mettons un terme à cette expérience difficile.


Encore une fois, je précise que ceci est notre ressenti. Je lis parfois des articles de blogs où le ressenti est tout autre et c'est tant mieux. Peut-être que le fait d'être les seuls touristes en cette période n'arrange rien... Notre voyage au Maroc est fait de hauts, même très hauts et de bas.


Nous continuons donc notre route vers Imsouane. Nous profitons d'un carrefour market (oui, je sais ce n'est pas très exotique !) pour faire quelques courses et faire aussi le plein de quelques bouteilles de vin et d'apéritif car c'est une denrée très difficile à trouver au Maroc, du moins en dehors des grandes villes.


La route est très agréable, il fait très chaud mais tout va très bien, nous laissons notre mauvaise expérience à Essaouira et nous allons de l'avant.



Visiblement, ce serveur est accablé par la chaleur !


A quelques kilomètres de notre destination, nous quittons la route. Là, nous surplombons la baie tout en haut d'une immense falaise. La vue est à couper le souffle. Alexandre est émerveillé ! Nous nous sentons bien petits face à cette immensité...







Nous croisons quelques chèvres acrobates !


La route d'Imsouane se termine par une descente un peu vertigineuse. C'est juste magnifique ! Je sens que nous allons bien nous régaler. Nous cherchons le camping. L'accès est limite pour certaines montures car très cabossé et étroit mais Bumblebee avance sans souci et la surprise est belle... C'est un camping minimaliste et sauvage. Malgré tout, les sanitaires sont fonctionnels, relativement propres et l'eau chaude coule à flot ! La vue sur l'océan est juste superbe, nous choisissons notre emplacement et devinez quoi ? On est seuls ! Enfin presque, il y a quelques surfeurs en tente. Le camping a aménagé des "gites" dans des anciennes barques, cela ajoute au charme de cet endroit.


Dès notre arrivée nous sommes accueillis par "22" un berger allemand, bagué et protégé par une des associations qui oeuvrent pour améliorer la vie de ces pauvres bêtes. Il ne nous quittera pas de tout notre séjour, c'était notre ange gardien...



Ici, la vie est rythmée par l’océan, les vagues et les marées. Situé à 100 kilomètres au nord d’Agadir, c'est le petit paradis du surf, longtemps gardé “secret” pour ses vagues et ses spots uniques. Aujourd'hui, il accueille des surfeurs du monde entier mais l'endroit est encore préservé et ce n'est pas la cohue. C'est quand même ici que les surfeurs peuvent profiter de la plus longue vague d’Afrique, 6 à 800 mètres, en bonne saison !


À voir certains surfeurs, c’est un art. C’est presque poétique et je trouve que ça s’apparente presque à une danse, mais ça demande évidemment énormément de pratique et de maitrise.

Voici la “Magic Bay” ou simplement “la baie”. Ce spot est longtemps resté secret, car il est unique.


Une fois installés nous tentons la traversée du village. Les déchets sont toujours présents et les constructions de fortune plus ou moins anarchiques aussi mais j’avoue que ce village a du charme, les gens sont polis et sympathiques, personne ne nous a accosté pour nous soutirer de l’argent et ça c’est cool et reposant 😀👍 On apprécie vraiment cette ambiance. Je trouve Imsouane très photogénique.


Nous voilà partis, suivis par 22. Il est environ 17 heures, la température est toujours très chaude mais un petit air marin nous aide à apprécier notre balade je prends énormément de photos.







Nous repérons un petit restaurant qui m'a l'air bien sympathique avec une vue superbe, c'est décidé on mangera un bon tajine demain midi. Nous nous arrêtons dans une petite boutique pour acheter quatre bêtises à grignoter ce soir. Nous rentrons au camping en longeant l'océan, qu'est ce qu'on est bien !


Bonne surprise, nous constatons que des français viennent de s'installer pas loin de Bumblebee, nous sommes ravis et avons hâte de les rencontrer ! Après avoir fait un peu de nettoyage et de cuisine, nous profitons d'une bonne douche chaude. Nous soupons puis nous filons vite pour observer le coucher de soleil qui s'avèrera un moment magique...


Nous grimpons sur une dune pour être aux premières loges avec en toile de fond ce paysage si pittoresque pour apprécier le spectacle à l'horizon.

Nous nous laissons alors bercer par les douces lumières du soir qui se reflètent sur les petites maisons du village en lui donnant une magnifique couleur ocre.





Chaque coucher de soleil est un moment très spécial, car attaché à un moment particulier de notre voyage. C'est un souvenir qui nous renvoie nos émotions du moment et lorsque j'écris ces lignes tout remonte... C'est tellement agréable !


Nous nous endormons, bercés par le bruit des vagues et du vent qui souffle doucement et nous rafraîchit à travers les baies, c'est très agréable !


Jeudi 19 juin 2019

Une belle découverte !


Après une nuit réparatrice, nous déjeunons ensemble devant l'océan. Alexandre se recouche et traîne un peu au lit, Cyril bricole un peu quand à moi, je fais un peu de lessive... Vers midi nous retournons au village et nous nous installons sur la terrasse de ce restaurant repéré la veille. "22" nous a encore suivi. Il y a là d'autres chiens et plus ou moins en bon état... Quelques chats aussi essaient de se frotter à nous, on les évite, vu leur état !


Nous choisissons un excellent tajine de poulet ! Nous paierons 160 dirhams (environ 16 €) pour 3 tajines, 3 sodas et 3 bouteilles d'eau. C'est notre premier restaurant depuis notre mauvaise expérience à Asilah et nous avons très bien choisi ! Nous nous baladons ensuite et observons la danse des surfeurs...


Alexandre a envie de se baigner et nous de partir à la découverte des lieux côté sauvage. Nous allons nous changer et partons vers l'est. Le paysage est très particulier, presque lunaire. Nous empruntons un sentier sauvage et découvrons des criques surplombées par des rochers aux formes étonnantes. Nous quittons le sentier à la recherche d'un endroit où la baignade est possible. C'est plutôt difficile. En effet, l'océan est en furie ! Les formes rocheuses sont en fait du sable qui avec la force des vagues est compacté. Entre celles ci se déverse le trop plein des vagues trop violentes sous forme de cascades.

Dommage pour le tag !

On fini par trouver un endroit plus calme ou finalement Alexandre peut se baigner. C'est plutôt impressionnant ces vagues immenses qui meurent à quelques mètres de nous. Il fait vraiment très chaud et ça fait du bien de se rafraîchir un peu !


De retour au camping, le couple de jeunes français vient à notre rencontre et très vite un petit apéritif s'improvise puis nous finissons la soirée à papoter... Nous passons un excellent moment, ils voyagent à bord d'un hymer des années 80 et sillonnent les routes d'Europe. Hélas, je regrette beaucoup d'avoir perdu leurs coordonnées car j'aurai bien aimé prendre de leurs nouvelles. Si par hasard, ils lisent ce post j'espère qu'ils nous contacteront !


Demain, nous continuerons notre route. Nous partirons en fin de matinée pour rejoindre "Paradise Valley" qui, comme son nom l'indique, est la vallée du paradis en plein coeur du haut atlas, tout un programme !


Si vous tapez "Paradise Valley" dans Google voici le résultat... Fiction ou réalité ? Pour le savoir rdv la semaine prochaine pour la suite du récit de notre road trip au Maroc !




























70 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Avertissement

Vous connaissez des personnes porteuses de trisomie 21 que l'on pourrait rencontrer lors de notre voyage ?

Vous connaissez une association menant des actions centrées sur la personne porteuse de trisomie 21 ?

Prenez contact avec nous ! Nous serons ravis de les intégrer à notre projet.

Recevez notre newsletter
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc
  • Icône Pinterest blanc
  • Icône Twitter blanc