• Claire

Road trip au Portugal - Première partie

De Villa Nova de Cerveira à Sao Marinho do Porto

Du 12 mai au 23 juin 2019


Dimanche 12 mai 2019


Nous quittons notre bivouac si paisible et si beau sur l'île d'Arousa dans la matinée... Le Portugal nous attend !


Le petit bidouillage de Cyril et les quelques boites plastiques supplémentaires ont un résultat très bénéfique sur notre routine de rangement et tout se passe à merveille, chacun son rôle : Cyril rétracte les slides, Alexandre jette des cailloux dans l'eau, quant à moi je supervise !


Nous passons la frontière sans contrôle (pour l'Europe hip hip hip hourra 😂) et nous voilà au Portugal sous un soleil radieux !


Nous avons programmé le GPS (mappy) pour éviter les autoroutes et du coup nous voilà à nouveau, comme dans le pays basque, sur des routes très étroites. A l'entrée d'un village, dans un champ, nous sommes ébahis 😂! Le cliché ! Un homme fait la sieste dans une brouette. Une grosse pelle repose sur sa poitrine et un chapeau de paille le protége du soleil... Le ton est donné, ici on vit au ralenti ou du moins on mesure ses efforts aux heures les plus chaudes de la journée. Dommage que je n'avais pas préparé l'appareil photo car je me serais fait une joie d'immortaliser ce moment !


Nous décidons de faire sauter l'option et nous reprenons la nationale.

Tout à coup le camion se met à trembler. Cyril ralentit et voit une aire de repos sur la droite, il s'engage, mais une automobiliste ne le voit pas arriver et recule de sa place de parking ; Cyril pile et engage le camion dans un petit fossé sur la gauche pour l'éviter. Bumblebee réagit très bien à cette petite embardée et se rétablit aussitôt. Nous l'avons échappé belle !


Cyril se gare et nous nous remettons de notre émotion. Il lève le capot et là, il constate que le conduit d'air du snorkel est complètement déchiqueté sur les 20 derniers centimètres... Bizarre quand même ! Cela ne peut pas être la cause des tremblements !



Cyril trouve vite l'origine du problème : Les suspensions pneumatiques ont bougé de telle façon qu’elles ont entravé le câble du frein à main... 😰 Plus de peur que de mal 👍 Cyril répare sur place. Il fait très chaud !



La hauteur de notre véhicule a pas mal d'avantages dont celui de pouvoir travailler dessous sans problème !

Pendant ce temps, à l’ombre monsieur fait des bullles 😂

Nous repartons une demi heure plus tard. Il est déjà 13h30 et les estomacs commencent à crier famine, nous n'avons pas encore fait les courses et les réserves dans le camion s'amenuisent... C'est ainsi que nous nous faisons happer par Burger King ! Alexandre est évidemment aux anges, Cyril aussi, moi, un peu moins, ce genre d'alimentation ne me réussit pas trop !


Nous arrivons à Villa Nova de Cerveira sous un soleil de plomb. Nous voulions un peu de chaleur mais nous n'en demandions pas tant 😂.Nous essayons de nous acclimater... 41 degrés quasiment du jour au lendemain je souffle un peu 😀 Cyril lui, est dans son élément, quant à Alex il traîne ses savates.. 🤔

Nous nous arrêtons sur une aire de camping car bétonnée avec services et juste à côté d'une voie ferrée. Au premier abord, elle n'est pas très glamour mais en y regardant bien, elle est pas mal du tout, en tout cas, très bien placée : Le village est tout près et surtout une aire de loisirs se trouve tout à côté. Il y a vraiment de quoi faire ici !



Lundi 13 mai 2019

Nous avons bien dormi malgré la chaleur avec les fenêtres mi-ouvertes, on a même eu un peu froid au petit matin.

Aujourd’hui Cyril s'attaque au circuit d'eau qui nous fait cruellement défaut, il nous tarde tellement d'être autonomes ! il fera également une révision générale de l'étanchéité.


Pendant ce temps Alexandre et moi partons à la laverie. Comme la tâche durera longtemps nous prévoyons la tablette pour Alex et l'ordinateur pour moi pour profiter du wifi gratuit et du courant ! Comme j'ai une tête de linotte 😂 j'oublie mon cable d'alimentation... Tampis je ne donnerai pas de nouvelles aujourd'hui 🤔 Moi qui pensait pouvoir poster journalièrement sur Facebook, je m'aperçois que ce n'est pas si simple. Soit nous ne captons pas suffisamment de réseau, soit mon ordinateur ou mon téléphone n'a pas de batterie, il va falloir pallier au problème pour avoir une meilleure autonomie !

De retour, nous nous accordons alors, Alex et moi, une petite sieste dans les hamacs...


Dans la soirée nous partons faire un tour au village qui est tout à fait représentatif de l'idée que je me faisais du Portugal.



Nous décidons de manger dans un des petits restaurants sur la place du village. Là, agréable surprise ! Les prix sont vraiment bas !




Voilà le tout pour 14€ glaces comprises !! 😀

Nous ferons un tour autour du village et finirons à l'aire de loisirs. Alexandre a pu faire un peu de basket 👍



Mardi 14 mai 2019

Nous devons faire encore une lessive au lavomatic. Nous en profitons pour charger tous nos appareils. Il faut souligner la propreté du lieu, l'espace et l'ergonomie tout est au top !


Notre prochaine étape sera Braga. Mais sur la route nous nous arrêtons à Décathlon pour acheter nos petites bonbonnes de gaz et trouver un ou deux hauts légers pour moi. Effectivement nous trouvons nos bonbonnes mais pas de vêtements qui me conviennent.


Là, nous nous arrêtons dans un centre commercial d'un autre temps ! Immense, il ouvre jusqu'à minuit !! Il doit être environ midi, il fait 41° dehors et il n'y a presque personne... Sensation très étrange... Je trouve mon bonheur à C&A et nous mangeons à Ikea ! Oui ! C'est bizarre hein ? Des hots dogs à 0,50 cts !!




Nous partons en quête d'une aire de repos correcte. Un petit coup d'oeil sur Park4night et les deux premières ne nous inspirent pas du tout. Nous poursuivons donc notre investigation. Sachant que l'on veut visiter "Bom Jesus" nous nous dirigeons vers le lieu au cas où il y aurait une possibilité de bivouac... Après quelques kilomètres de montée, nous sommes récompensés ! Nous sommes tombés directement sur le premier parking pour se rendre au monument. Il est ombragé et nous ne sommes pas seuls. Dès notre installation d'autres campings caristes viennent faire la causette avec nous et nous donnent quelques tuyaux pour la visite.



Mercredi 15 mai 2019

Nous dormirons à la fraîche comme des bébés ! Ainsi frais et dispos, la visite à "Bom jesus" s'avère excellente !


"Bom Jesus" est situé à 5 kms de Braga sur le versant ouest du mont d'Espinho, dans la Sierra Falperra. C'est un lieu de pélerinage. La nature tout autour est une merveille. Il y a plusieurs chapelles où l'on peut voir des statues grandeur nature représentant les scènes de la passion. C'est la première fois que je vois une chapelle aussi belle, les statues sont impressionnantes de vérité !


Ce sanctuaire unique au Portugal, est accessible par un escalier monumental baroque (composé de 17 paliers et 583 marches.) ce dernier est très célèbre et énormément photographié car il offre de superbes perspectives. C'est un lieu à ne pas manquer et une excursion mémorable d'une journée que je vous recommande.

Pour épargner Alexandre (et aussi mon pied qui me fait toujours aussi mal) nous avons emprunté l'escalier seulement pour la descente. Pour la montée nous avons pris le funiculaire !


On mange sur place car nous n'avons pas prévu de sandwich, par contre, là, les prix s'envolent mais le lieu explique cela.

Après la descente nous sommes tous les trois bien flapis !


Nous nous dirigeons vers Guimarez (60 kms de Porto environ), une ville considérée par les Portugais comme le berceau de la nation. Il y a plein de choses à voir et à visiter !

Nous optons pour un camping tout en haut de la colline qui domine la ville.


Hélas, le GPS nous fait encore un sale coup 😰 la direction du camping est bien indiquée puis plus rien... Nous empruntons alors une rue pavée très étroite avec une pente de fous ! Plus angoissant encore on voit un panneau "interdit aux campings cars et aux caravanes et au plus de 3t5... Là ça sent pas bon du tout !! Nous ne pouvons qu'avancer de toutes façons ! Là on voit un Stop juste en haut d'une côte et ce qui devait arriver arriva 😰 Bumblebee ne repart pas. Cyril recule en biais pour être moins en côte. Là, pendant quelques secondes, j'avoue c'est un peu l'angoisse 😀. Et puis nous avons réuni toutes les ondes positives dont on disposait et Bumblebee, non sans mal, a accroché aux pavés et a pu continuer sa route (autant vous dire que nous avons grillé le stop 😀).


Heureusement le camping est super, nous allons bien nous reposer et nous remettre de nos émotions. Je fais un bon petit souper qui nous réchauffe. Il faut dire que nous en avons bien besoin car ce soir il fait vraiment froid !


Alexandre explore les environs et monte sur un rocher. On dirait le petit prince de St Exupéry sur sa planète, petite séance photo !


Jeudi 16 mai 2019

Le lendemain nous descendons en ville grâce au téléphérique... 15 minutes de descente impressionnante et même si je ne faisais pas la fière, je l'ai fait ! Alexandre n'en menait pas large au début, mais il s'est vite adapté et il est resté zen avec un petit air inquiet. A l'arrivée il était très fier. Dommage que le soleil ne soit pas au rendez vous. Ce téléphérique est unique dans la région nord et voyage sur un parcours de 1700 mètres en gagnant environ en 10 minutes les 400 mètres de hauteur qui séparent la ville de la Montanha de Pena (forêt près du camping que nous découvrirons plus tard).



Nous visitons l'église, le très beau centre historique, le palais des Ducs et le château de Guimarès.


La chaleur et les kilomètres aidant, Alexandre et moi sommes rincés ! Nous mangeons dans la galerie d'un centre commercial dans un fast food (encore 🙄). Moi qui voulait manger local je râle un peu mais la majorité l'emporte... Nous marchons pas mal pour atteindre la fnac pour acheter une carte SD et nous choisissons de rentrer en taxi jusqu'au téléphérique ensuite. Pour le retour Alexandre est carrément à l'aise et il apprécie vraiment le voyage !


Une fois au camping on se réchauffe avec une douche bien chaude et une bonne soupe.

Vendredi 16 mai 2019

La nuit fut réparatrice. Réveillés par le chant des oiseaux, le froid et une petite pluie fine, nous attaquons un bon petit déjeuner en travaillant sur notre itinéraire. La prochaine destination sera Porto. Nous rangeons un peu et plions les slides. Mais avant de partir je vais faire une petite balade avec Alexandre dans cette forêt magique, presque irréelle. Ça sent bon l'eucalyptus ! Même si le temps n'est toujours pas de la partie, c'est une pure merveille ! 👍



Nous n'avons que 60 kms à parcourir pour arriver à Porto. La route est laborieuse et pourtant c'est bien la nationale... Nous roulons durant 20 kms sur une route défoncée, avec des plaques d'égouts qu'il faut éviter parce qu'elles sont saillantes suite à la réfection de la chaussée (il manque une épaisseur de goudron donc...) c'est dangereux car les voitures font du slalom. Nous devons redoubler de prudence aussi car nous trouvons que les portugais ont parfois une conduite inconsciente !


Nous arrivons enfin près d'un bivouac Park4night devant un petit port. Nous sommes surpris de voir des étendoirs à linge artisanaux, ils font partis du folklore de Porto ! Ces piquets sont assemblés selon la tradition ancestrale et sont encore utilisés par des femmes qui lavent leur linge au lavoir qui est tout près.

Hélas, un camping cariste vient nous prévenir que demain c'est le jour du marché et que si nous restons là il faudra se lever aux aurores... Je vais me renseigner auprès d'un restaurateur juste en face et il me confirme l'information et nous aiguille gentiment vers un autre point encore plus près de la ville. C'est parti !

C'est un grand parking près du Douro qui a du succès ! Nous nous installons. Ce soir la vue sur la ville est sympa. Même si la transition de la forêt à la ville est brutale nous sommes heureux d'être à Porto et j'ai hâte de prendre des photos ! Comme dit Alex : « C’est énoooorme ! » 😂



Samedi 18 mai 2019

Nous avons bien dormi mais dès le réveil Cyril est bougon. Il veut absolument régler le problème de l'eau ! C'est vrai que sans eau courante c'est la galère... Après le petit déjeuner je pars seule avec Alexandre visiter un peu les alentours. Le temps est mitigé et par intermittence nous avons une pluie fine. On marche pas mal mais c'est tellement beau et il y a tellement de choses à voir que notre motivation reste intacte ! Cyril nous rejoint avec le sourire, ça y est, ça fonctionne ! 👍



Nous découvrons la ville et le ciel se dégage ! C'est vraiment comme je me l'imaginais, les couleurs, l'architecture, l'effervescence... J'adore ! ❤️💙💜

Je n'en reviens toujours pas ! Nous avons marché 13 kms aujourd'hui ! La ville de Porto est tellement belle et vaste que le meilleur moyen pour l'apprécier c'est de s'y perdre... Nous avons flâné sur ses grandes artères, dans ses ruelles, devant ses monuments, sur le port... Juste magnifique !


Nous rentrons tranquillement en faisant beaucoup de pauses imposées par Alexandre...


Dimanche 19 mai 2019

Inutile de préciser que nous avons bien dormi malgré le bruit ambiant (samedi soir à Porto 😀). C'est une ville qui ne dort jamais, elle est très festive ! Nous avons aussi remarqué qu'il y a une grande concentration d'enterrements de vies de jeunes filles/garçons et pour cause des tours opérators en ont fait une spécialité Portuanaise !


Ici, on se réveille avec des coups de canon 😀qui sont tirés depuis la ville haute. Ça fait bizarre au début puis on s’y fait 😂


Ce matin nous essayons de retourner au bivouac côté port mais finalement il y a beaucoup de bazar et nous trouvons l'ambiance pesante... Nous essayons un bivouac indiqué par un abonné sur la ville haute, hélas, l'info date de 2 ans et depuis le site est fermé pour travaux. Dommage car la vue est magnifique. Nous en profitons pour flâner un peu et décidons de retourner au bivouac initial.


Cyril déploie le caisson nuit quand j'entends un bruit de claquement suivi d'un cri. Puis j'aperçois Cyril le visage en sang 😱 ! Il a reçu le crochet d'un tendeur sur la pommette... Je nettoie la plaie, plus de peur que de mal mais grosse erreur je n'ai pas de Steritrip... J'essaie de faire se rejoindre les deux bords de la plaie avec du sparadrap et demain nous irons à la pharmacie. C'est pas passé loin de son oeil donc on s'estime heureux !




Une après midi farniente, un peu de cuisine, un point sur notre itinéraire, un post facebook et voilà la journée qui s'achève dans cette si jolie ville.


Lundi 20 mai 2019

Ce matin, Alexandre et moi prenons le bateau taxi qui nous emmènera sur l’autre rive, histoire de nous ménager un peu en nous évitant la longue marche avant d'arriver au centre ville. Même si la traversée ne dure que quelques minutes Alexandre est très content !


La Librairie Lello est au programme aujourd’hui. Cet établissement a inspiré la créatrice d'Harry Potter... Plus particulièrement Les escaliers qui bougent à Hogwarts.


Cyril lui part avec Bumblebbe pour le garer en ville pour d'une part, là encore, nous éviter de trop marcher mais aussi pour être prêts pour le départ vers notre prochaine étape près de l'océan vers Maceda.


On se retrouve donc en ville près de la librairie et là on mesure l'engouement ou la curiosité que provoque ce lieu. Une file d'attente qui doit bien faire 50 mètres sur le trottoir, 3/4 d'heure de queue, voilà ce qui nous attend ! Nous avons fait une promesse à Alexandre donc pas question de renoncer...


Nous essayons donc de nous placer le moins possible au soleil et je discute avec des personnes qui nous précédent. Nous apprenons alors que les billets s'achètent dans une autre boutique ! Donc Cyril part chercher les fameux billets, il fera la queue 45 mn ! Du coup nous voilà enfin arrivés devant la porte d'entrée... Sans les billets ! Mais Cyril arrive tout juste, ouf ! Nous ne devrons pas refaire la queue 👍


Nous entrons dans la librairie et là il faut jouer des coudes ! Agoraphobes s'abstenir... C'est minuscule en fait 😀 C'est pas grave, Alexandre est impressionné par les escaliers ! Il y a des vrais fans qui ont revêtu leur costume d'Harry Potter, ça fait parti du folklore 😀


Il est environ 13h30 et nous décidons de déguster une spécialité locale à midi avant de prendre la route vers le sud. On s'arrête donc dans un petit restaurant et le moins qu'on puisse dire c'est que nous en avons pour notre argent !


Voilà le plat portugais N°1: la Francesinha ce qui signifie « petite française », ce plat a été créé par un employé du restaurant A regaleira qui se serait inspiré des croque-monsieur, lors d’un passage professionnel en France. La francesinha est composé de viande de bœuf, de « linguiça », et de saucisse, calés entre deux tranches de pain de mie, le tout recouvert de fromage et arrosé d’une sauce à la bière et à la tomate pimentée. Pour la version « especial » on y rajoute un œuf au plat par-dessus.


A déguster avec des frites et une bière portugaise ! Disons qu'après si on a faim c'est qu'on a un problème 🤪 C'est très très nourrissant !


Pour digérer nous avons fait un petit tour en ville puis nous avons repris la route vers le sud ...


Sur la route nous nous arrêtons pour accomplir le devoir du parfait camping cariste 😂 j'entends par là les réjouissances bi-hebdomadaires : Vidange et nettoyage de notre WC chimique, plein d'eau et vidange des eaux usées.


La route est agréable et l'odeur des eucalyptus me rappelle mon Camino Frances ! J'en cueille un peu pour parfumer le camion...

Cyril avait repéré un coin bivouac nature off road Park4night près de l'océan, pas très loin de Maceda.

Ce lieu est magique ! Et bien que ce soit un repère de surfeurs c'est un coin vraiment très tranquille que je vous recommande 👍 Nous y sommes parvenus en empruntant une piste ensablée mais vous pouvez aussi y accéder par un chemin large et praticable.


Avant même d'ouvrir les slides nous descendons à la plage. Elle s'étend à perte de vue. Il n'y a personne... L'évasion est vraiment au rendez vous ! Le murmure et le bruissement des vagues de la marée montante est propice à la rêverie, nous sommes envoûtés par tant de beauté... Même Cyril qui est très cartésien se laisse aller à la contemplation 😉


Par contre ce coin idyllique a un gros inconvénient : Aucun réseau 😞 ! Ce ne serait pas un problème en soi pour Cyril et moi par contre Alexandre commence à pleurer puis à crier. La chaleur et la fatigue de la journée aidant, je n'arrive plus à le raisonner. Je sais par expérience que dans ces cas là Alexandre peut devenir une bombe à retardement donc je vais dans son sens en lui faisant comprendre que nous aussi on est embêté mais que demain il pourra retrouver Youtube. Il se calme un petit peu... Je luis donne son traitement en espérant que cela l'aide à s'apaiser. Cyril a du mal aussi à supporter ces cris et se renferme sur lui même. Personne ne soupera, chacun dans son coin avec sa peine, ses questionnements. Je sors pour contempler le coucher de soleil magique dans ce lieu si particulier et là je craque. Je m'en veux un peu de pleurer sur mon sort alors que nous avons la chance de vivre cette aventure ! Comment va se passer la suite ? Est ce que j'ai raison d'embarquer Alexandre dans cette aventure ? Est-ce qu'il va pouvoir supporter cette vie de nomade pendant si longtemps ? Et puis le silence et la nuit noire nous enveloppent doucement et nous aident à lâcher prise. Tout le monde s'endort...


Mardi 21 mai 2019

Nous décidons de quitter cet endroit si particulier pour ne pas revivre la même soirée. La bonne humeur est revenue. On roule jusqu'à la ville la plus près où on se gare sur un parking devant une grande plage, tout près d'un terrain de basket. Alexandre me demande s'il y a du réseau, je luis explique que oui et que ce soir il pourra regarder Youtube sur sa tablette. Il est soulagé.


Nous partons à la plage nous amuser juste au bord car la température de l'eau est trop juste. Nous passons un excellent moment. Je ramasse quelques beaux galets.


Je prépare à manger pendant qu'Alexandre joue au basket, là il est aux anges ! C'est vrai que nous n'avons pas croisé beaucoup de terrains de basket jusqu'à maintenant.


Nous avons ensuite repris la route pour un petite visite d’Aviera qui hormis ses bateaux « gondoles» et quelques jolies façades n’a pas plus d’attraits à mon avis 🤔 Elle se fait pourtant appeler "la venise Portuguaise" Bon c’est sûr que quand on vient de Porto on peut faire un peu les difficiles 😁


Nous arrivons enfin à Figueira da Fos où notre bivouac est sur un grand parking (Park4night), propre juste à côté de la plage et du port.


Je prépare le souper. On commence le repas dehors mais le vent se lève et il ne fait franchement pas chaud donc on finit le repas à l'intérieur. C'est fou la différence de température dans les terres et sur la côte !


On fait un petit tour avant de se coucher.


Mercredi 22 mai 2019

Nous avons très bien dormi ! Le moral est bon et tout le monde est de bonne humeur, je crois que l'océan nous réussit 😁


En voyant la jetée pleine de pêcheurs à la ligne nous avons envie de tenter notre chance. Nous sortons le matériel de pêche et nous voilà partis 👍


Cette bonne journée se termine par un bon repas dehors !


Jeudi 23 mai 2019

Nous quittons Figueira da Fos pour Nazaré dans la matinée.


Cette petite ville est de toute beauté, nous avons adoré ! Nous nous garons sur la partie haute du village, sur les falaises. La vue y est vertigineuse !


Nous descendons directement vers le phare. La pente est très raide. Nous passons devant la statue du Cerfsurf très imposante.


Puis nous apercevons la Praia do norte à droite. Cette plage mythique est splendide ! C'est là que Rodrigo Koxa, surfeur brésilien de 38 ans, a réussi à dompter une vague de plus de 24 mètres de haut, lors d’une session à Nazaré. Il a battu le record du monde pour la plus grande vague jamais surfée, le 29 avril 2017 mais nous apprenons sur place que c'est désormais un Portugais qui détiendrait le record.


Nous arrivons au phare. La visite est très intéressante avec notamment les explications sur la formation de si grandes vagues, le musée des trophés de surf où l'on retrouve les planches (il y a même un jet ski), avec lesquels certains surfeurs ont réalisé des exploits. N'hésitez pas a y aller en plus ce n'est pas cher 7,50 € pour 3.


Heu... Dis moi Jami, et pourquoi Nazaré est-elle propice aux grandes vagues ?


C'est une ville bien connue des surfeurs car ils sont certains d’y trouver de hautes vagues. En effet, la taille d’un rouleau dépend du sous-sol. Sur la plupart des plages en pente douce et avec du sable, les vagues vont venir se casser petit à petit et sur un fond qui absorbe l’onde. Au contraire, à Nazaré, les vagues sont canalisées dans un canyon sous-marin rocheux qui fait jusqu’à 5 kilomètres de profondeur et se termine brutalement au niveau du phare de Nazaré, à la pointe sud de Praia do Norte.


À la fin du canyon, devant le phare, la partie sous-marine de la vague est stoppée net et une partie de l’énergie remonte, formant des vagues de grande hauteur. L’énergie de la surface de la vague, elle, continue sa course désormais surélevée et forme l’impressionnant rouleau. Au final, c’est un peu comme si un coureur lancé à pleine vitesse butait contre un trottoir : il bascule la tête la première.


Si vous voulez guetter "la" vague 😂 (à la Brice de Nice) vous pouvez toujours visionner la web cam directement dirigée sur "PRAIA DO NORTE" en suivant ce lien.


Pour rejoindre la place du village nous décidons de nous épargner (la balade n'est pas finie ! ) et nous remontons avec un tuc tuc 😀 dans lequel nous nous entassons. Au vue du bruit, de sa taille et du chauffeur j'ai un doute sur sa capacité à grimper la côte ...Une grosse partie de fous rires plus tard nous sommes déjà sur la place.


Nous nous dirigeons alors vers le funiculaire pour rejoindre la ville basse long de 318 mètres pour une pente de 42% ! Il fonctionnait à la vapeur jusqu'à un accident en 1963, depuis il est électrique et possède un triple système de freinage. La vue y est fabuleuse ! J'avoue avoir eu quelques frissons mais petit à petit je m'endurcis (si si 😀). Nous avons payé 8,70 € pour nous trois.


Nous flânons un peu et choisissons un petit restaurant en bord de plage, face à la falaise. Nous mangeons et remontons sur la place.


Là nous discutons avec une femme (« sete saias ») qui porte 7 jupes superposées traditionnelles. Elles représentent les 7 vertus, les 7 jours de la semaines, les 7 péchés capitaux et les 7 couleurs de l'arc en ciel. Le premier jupon était blanc, pour symboliser la pureté. Les autres, brodés, aux motifs quadrillés, représentaient une gradation de couleurs, des plus claires aux plus foncées.. Elle vend (comme d'autres sur cette place) des fruits secs, nous lui achetons des pistaches et faisons une chouette photo avec Alexandre.



Nous visitons l'église et nous partons pour Sao Marinho do Porto. La route est super et cela mérite d'être souligné 😀 Nous y trouvons un camping que je qualifierais de rustique. Le personnel est par contre, très sympathique et serviable ! Le cadre est très beau. Nous sommes devant l'océan, une anse protégée du vent de toute beauté. Hélas nos envies de baignades ne seront toujours pas assouvies ! L'eau est encore glaciale.



Le camping est en plein vent. Nous ne pouvons rien faire dehors. La tramontane à côté c'est du pipi de chat ! Je vous assure ! C'est parfois difficilement supportable... Les douches sont payantes 1€ ce qui est raisonnable par contre leur installation électrique laisse à désirer car au niveau du mitigeur les fils se baladent 🤨 c'est officiel on vit dangereusement 🤣.


Cyril installe les slides, je fais une lessive et nous soupons à l'intérieur parce que le vent ne nous laisse pas le choix...




20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Avertissement

Vous connaissez des personnes porteuses de trisomie 21 que l'on pourrait rencontrer lors de notre voyage ?

Vous connaissez une association menant des actions centrées sur la personne porteuse de trisomie 21 ?

Prenez contact avec nous ! Nous serons ravis de les intégrer à notre projet.

Recevez notre newsletter
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc
  • Icône Pinterest blanc
  • Icône Twitter blanc