• Claire

Road trip Espagne-Maroc - Première partie

De Ayamont e à Asilah

du 05 juin au 13 juin 2019


Mercredi 5 juin 2019

Notre petite escale à Tavira était vraiment sympathique. Nous y avons acheté quelques souvenirs. Le temps est au beau fixe et la chaleur est là !


Sur la route en direction d'Ayamonte, j'ai un message d'Elise, une abonnée à notre page Facebook qui revient du Maroc. Elle nous propose de nous rencontrer sur l'aire de camping car d'Ayamonte. Bien sûr c'est avec plaisir que nous acceptons, cela peut être très intéressant juste avant notre voyage sur les routes marocaines !

Le pont symbolise la frontière Hispano Portuguaise.


Avant de rejoindre Elise nous devons faire le plein d'eau. Un petit coup d’œil sur Park4night et nous trouvons une aire de service payante à Playa de Isla Canela. Il est pas loin de 19h30. Nous arrivons près de l'aire. Elle se trouve en bordure du port près d'un parking à voiture. Une première barrière automatique nous barre la route, il n'y a rien d'écrit et nous nous demandons bien comment faire pour prendre un ticket... Je commence à descendre du camion pour essayer de joindre le gardien par interphone. Là, comme par magie, la barrière s'ouvre. Nous nous engageons alors sur la route longeant le parking voiture et une seconde barrière nous cause soucis.


Il n'y a absolument personne pour nous renseigner. Un grand panneau nous indique que nous sortons des tranches horaires pour enregistrer notre placement. Sauf que nous ne voulons pas y dormir juste avoir accès à l'eau ! Après maintes et maintes réflexion et une réunion au sommet 😂🤣 Nous décidons de monter sur le trottoir et de nous servir en eau comme ça, après tout, du moment que l'on paye on ne fait de mal à personne ...



Après avoir fait "nos petits rebelles" nous voilà repartis vers la sortie et donc vers la mystérieuse troisième barrière automatique ! Après en avoir déduit que le parking fonctionnait seulement avec des cartes d'abonnés et que, surtout, il était tard et que tout ici fonctionnait par le biais d'automates, nous en déduisons que pour sortir de ce satané parking il allait falloir jouer des coudes !


Cyril voit une voiture arriver. Il recule et lui laisse la place devant la barrière. Celle ci s'engage, Cyril la colle pour profiter de l'ouverture de la barrière. C'est alors que la barrière redescend sur Bumblebee ! Cyril freine sec, la barrière s'arrête à un cheveux du capot... Les passants sont médusés. Je descend du camion et devant la caméra de surveillance commence un dialogue de sourd avec un interlocuteur imaginaire, il faut voir ça ! He bien, ça marche ! La barrière se lève, nous sommes délivrés ! Drôle d'histoire quand même ... 😂



Nous arrivons sur l'aire de bivouac ou Elise et son mari nous attendent. Devant un bon apéro, nous passons un très bon moment , ils sont retraités et vivent en camping car à l'année. Il nous précisent, détail qui fera écho durant notre voyage, que ce n'est pas la "saison" pour voyager au Maroc... Pendant que nous mangeons, une voiture arrive en klaxonnant, se gare dans le parking et un espagnol en sort et propose à chaque véhicule des calamars cuisinés. Voilà une initiative plutôt sympathique dommage qu'il vende ses boîtes très chères !


Nous nous endormons avec les images idylliques du Maroc qu'Elise et son mari nous ont mises en tête...


Jeudi 06 juin 2019

Après une grasse matinée, nous rangeons un peu le camion, Cyril rentre les slides et nous voilà partis pour nous rapprocher d'Algésira. Nous voulons passer par Séville et nous avons hâte de découvrir cette ville !


Nous traversons le village qui est très sympathique. De nombreux restaurants de pêcheurs attirent quelques touristes qui peuvent déguster des produits de la mer bien frais face à l'océan. De nombreux habitants garent leur bateau devant leur maison.

Nous sortons du village de Playa de Isla Canela et roulons un peu. Il y a énormément de ralentisseurs sur la route qui sont très haut et même si Cyril fait attention il doit finalement s'arrêter car encore une fois il y a un problème avec l'amortisseur pneumatique gauche. Il faudra sérieusement s'en occuper à notre retour et équiper Bumblebee de suspensions dignes de ce nom.


Une fois le problème résolu, nous reprenons la route en direction de La Palma Del Condalo où nous avons choisi de dormir.


Il s'agit d'un lieu autour d'un lac en pleine nature avec barbecue. Et quand nous arrivons nous ne regrettons pas notre choix !

Il est environ 16h30 mais nous sommes motivés pour faire une bonne grillade ! Nous n'avons rien avalé depuis ce matin et les estomacs crient famine 😃. Alexandre a trouvé une balançoire, il fait très chaud et nous profitons de l'ombre que de grands peupliers nous offrent !


Il n'y a que nous et quelques pêcheurs au bord du lac, nous apprécions ce calme serein, quand tout à coup déboulent deux véhicules, auto radio à fond. Quelques personnes en sortent et s'installent autour d'un barbecue. Et l'apéro commence... 😃 ça chante, ça crie, ça s'agite dans tous les sens et viva l'Espagna !! 😂


Au vu de leur installation nous en déduisons que la fête va durer toute la nuit... Nous décidons donc d'aller un peu plus loin pour s'assurer d'une nuit plus sereine. Les caissons étant sortis, Cyril teste la conduite de Bumblebee tout slides ouverts. Cela se passe sans encombre et il trouve un petit coin tranquille sur les hauteurs du lac où l'on retrouve les bruits de la nature, promesse d'une nuit sereine.



Vendredi 7 juin 2019

C'est très agréable de se réveiller dans des lieux pareils. Nous sortons la table et prenons le petit déjeuner quand tout à coup nous entendons au loin quelques sons de clochettes. Très rapidement le son s’amplifie et un énorme troupeau de chèvres envahie le terrain. Alexandre reste bouche bée. Le spectacle est amusant. En discutant avec le berger, nous apprenons qu'il y a 130 chèvres et que sa ferme se trouve non loin de là.


Aujourd'hui nous allons visiter Séville. Nous nous faisons tout beaux, on range un peu, et nous voilà fin prêt !


Les routes sont bordées d'orangers dont les troncs sont traditionnellement, peint en blanc, souvent avec du lait de chaux. la raison n'est généralement pas purement esthétique : Cette couche de peinture permet de protéger les arbres de dégâts divers (soleil, attaques de certains champignons et de certains insectes).


Nous passons Cordoue. Nous apercevons deux tours illuminées. Il s'agit de la centrale solaire thermoélectrique de Sanlucar.



Le site ne passe pas inaperçu dans la plaine andalouse. Le spectacle est futuriste et semble sortir tout droit d'un film de science fiction. Les rayons lumineux des tours dans lesquelles se reflètent 2.650 panneaux solaires de 120 mètres carrés chacun, disposés sur un immense cercle de 195 hectares, se remarquent à plusieurs kilomètres !


Nous arrivons enfin à Séville. Nous nous garons tout d'abord près d'un centre commercial (une tour démesurée). Bien sûr, un placeur gitan s'agite en nous voyant nous garer. Nous lui donnons 1€50, il est content et nous aussi 😃 Nous cherchons une batterie pour notre canon, Cyril ayant renversé du café dessus la veille 🤪 ...




Nous ne trouvons pas de chargeur. Nous nous dirigeons vers le centre ville en espérant trouver une place pour se garer. Comme nous avons la foi 😉 nous partons directement direction place d'Espagne et là, juste devant la direction territoriale du commerce de Séville, la place rêvée, Bumblebee semble énorme à côté des autres véhicules garés et je me demande si cela est jouable. Un gitan "gilet jaune" vient à notre rencontre et nous donne sa bénédiction monnayant 1€50. On est les rois ! Juste à côté de la place d'Espagne ! 👍


Cette place est d'une beauté éblouissante ! Elle ne peut pas laisser indifférent ! On a l'impression qu'elle est ancienne de part son architecture et de part son style et pourtant elle n'a été construite qu'en 1929 à l'occasion de l'exposition ibéro-américaine.



Nous avons ensuite pris le tramway pour se balader au centre ville et manger un morceau. Les prix des restaurants, par contre, sont à la hauteur de la beauté de la ville. Nous nous contentons donc d'un petit en-cas 😋 en attendant quelque chose de plus consistant ce soir au camion...

Pour le bivouac du soir nous n'avons pas le choix, il n'y a qu'une aire, on ne va pas pouvoir faire les difficiles 😏 Il s'agit d'un grand parking jouxtant le port et une aire de stockage de véhicules en transit. Nous sommes serrés comme des sardines ! Vous trouverez les coordonnées sur l'application Park4night.

Samedi 8 juin 2019

Nous avons dormis bercé par le ronron d'un cargo qui a laissé tourner les moteurs toute la nuit. Cela n'a pas perturbé le sommeil d'Alexandre pour autant, il faut dire que l'on avait bien marché la veille !

Nous avons trouvé un point Park4night assez stratégique pour se garer pour pouvoir visiter la ville. Je vous le recommande ! Il y a bien sûr un gitan qui place et qu'il faut payer au retour de la balade. Nous sommes quasiment en face du théâtre.



Nous débutons la visite par l'ancienne fabrique royale de tabac qui est aujourd’hui une université, enfin, nous passons juste devant car désormais elle est fermée au public. Dommage...


Nous entrons ensuite dans les jardins de Murillo. C'est un parc où il fait bon flâner. Nous apprécions l'ombre offerte par les arbres centenaires car il commence à faire assez chaud !

Alexandre se régale et j'adore voir son visage s'illuminer au fil des découvertes !


Le jardin nous amène vers le quartier de Santa Cruz. C'est le quartier le plus typique et le plus représentatif de Séville. Nous divaguons dans ses rues étroites et nous avons envie d'explorer les moindres recoins ! C'est superbe !


Ce quartier débouche sur la cathédrale où nous étions hier.


Nous en avons vraiment plein les yeux ! Nous aurions aimé visité l'Alcazar mais l'entrée est chère mais surtout il y a une attente impressionnante. Il existe bien sur les billets coupe file mais alors là les prix s'envolent 🤪 Nous nous estimons déjà heureux et chanceux de pouvoir voir toutes ces belles choses !


Pour finir nous remontons sur Las Setas. Il s'agit d'un monument moderne, plus ou moins critiqué, en tout cas qui suscite de vives réactions. Las Setas de Sevilla , également connu sous le nom de projet Metropol Parasol de l'architecte Jürgen Mayer, est la plus grande structure en bois du monde. Depuis le 5ème niveau, le Mirador de 28,5 mètres de haut, offre le meilleur point du vue sur la ville. Autant vous dire que moi et mon vertige j'étais gâtée 😱. L'entrée est à 3€ et il vous est gentiment offert une boisson au bar situé au 4ème étage sauf que la moindre boisson coûte 6€ 😏



Il n'est pas loin de 15h de l'après midi et nous avons les estomacs dans les talons... En plus Alexandre a vraiment besoin d'une longue pause pour récupérer un peu, avec cette chaleur c'est fatiguant de marcher, même pour moi. Nous nous arrêtons donc manger dans un petit restaurant et nous craquons sur une paëlla... Bon, nous sommes un peu déçu j'avoue, à côté des miennes elle a plutôt l'air d'un rizotto amélioré mais bon elle est quand même goûteuse et nous avons apprécié !


Nous revenons tranquillement, en mode marche digestive 😃 , jusqu'au camion. Nous donnons 3 € à notre gilet jaune, il parait qu'il s’appelle le gorille... C'est vrai que bizarrement, quand on le voit, on a envie d'être généreux 🤣 Byby Séville, tu nous as vraiment séduit !! Je trouve l'Espagne vraiment magnifique et j'ai hâte de découvrir l'Andalousie, que je ne connais pas vraiment, au retour du Maroc. Il faut dire que je ne suis pas très objective, j'y ai des racines puisque mon père est d'origine Barcelonaise 😍 !


Nous reprenons la route...


Nous choisissons un bivouac bien sympa, à Bornos, près d'un lac. J'ai hâte car la ville ça va bien un peu mais je préfère largement le calme des petits coins "nature"...

Ce village se trouve au milieu d'un paysage presque plat. Il est traversé par le rí­o Guadalete, qui forme le réservoir de Bornos, un grand lac de retenue, l'Embalse de Bornos.


Cyril et Alexandre ont piqué une tête dans le lac. Nous avons passé une agréable fin d'après midi. Tout le monde est content et nous avons hâte maintenant de découvrir le Maroc.


Dimanche 9 juin 2019

Nous avons passé une nuit quelques peu agitée 😏 et oui, c'est un peu normal, vu le site, un samedi soir, nous n'étions pas tout seul ! Il y a eu beaucoup de passages, de bruits, de musiques bref un samedi soir en Espagne quoi 😃 Ceci dit, nous commençons à nous y habituer !


Le petit déjeuner, dans ce cadre bucolique, était un vrai moment de bonheur. Nous rangeons le camion et nous voilà repartis sur les routes direction Algésira, et oui ! la traversée approche 😃 et Alexandre est exité comme une puce, j'adore !


Je regrette que toute mes démarches pour rencontrer une association au Maroc restent vaines... Mais je ne laisse pas tomber, peut-être une fois dans le pays j'aurai plus de pistes.


Elise nous a indiqué une agence pour acheter les billets Algesira/Tanger. Nous nous dirigeons donc vers l'agence Gutteriez ( Fragata 3 pol ind palmones 11379 Algésiras). Nous avons un peu cherché, pour vous aider à trouver cherchez plutôt le carrefour market c'est juste derrière. Il a une page facebook : Viajes Normandie sl


Ses coordonnées :

Téléphone : (0034) 956 675 653 / Portable: (0034) 606 288 880

Fax: (0034) 956 675 719

Email: ticket.gutierrez@telefonica.net


Nous sommes très bien accueillis. M Gutteriez nous explique tout en détail puisque c'est notre première traversée. Le prix des billets (dates et horaires libres) est de 250 € pour nous trois et Bumblebee. En prime il nous offre un paquet de biscuit et une bouteille de vin à déguster sur le bateau dit il !


Il n'y a pas trop le choix concernant les bivouacs ici, si on veut être complètement en sécurité. Deux endroits sont possibles :


1) Parking entre les magasins Mercadona et Factory.

N 36° 11.050' W 5° 26.239'

ou encore

36.18417° -5.43731°


2) Parking près de chez Mr Gutierrez

N 36° 10.744' W 5° 26.358'

ou encore

36.17907° -5.43930°

Nous aurions opté pour celui ci mais comme nous sommes hors saisons il n'y a personne. M Gutteriez nous propose de nous garer près de son bureau pour la nuit, il nous fait comprendre que c'est plus prudent, d'ailleurs, des rondes régulières de la guardia civil nous conforte dans l'idée qu'il vaut mieux pas dormir n'importe où ici !




Une fois nos billets en poche, nous partons à la recherche d'une laverie. Nous roulons vers Gibraltar et notre curiosité nous amène à passer cette frontière des royaumes unis ! Nous traversons carrément une piste d'aéroport. Le luxe est omniprésent. Nous nous baladons dans la ville mais les places de parking pour Bumblebee sont quasi inexistantes...


Nous lavons notre linge, nous lavons aussi Bumblebee qui en avait bien besoin et nous voilà partis pour notre bivouac devant l'agence de M Gutteriez.


Nous nous installons. Il y a d'autres camping cars. Nous sympathisons avec un retraité breton de 80 ans qui part rejoindre une belle marocaine qu'il vient de rencontrer ! Il nous donne quelques adresses, nous raconte un peu sa vie et puis nous donne rdv demain pour le départ ! Il y a des bruits bizarres à côté de camion. Je vais voir et effectivement j'aperçois un rat ! Il a aussi peur que moi et s'enfuit aussitôt. C'est vrai que les bas côtés de la route sont assez sales... Nous mangeons et nous nous endormons tranquillement....


Lundi 10 juin 2019

La nuit a été bonne malgré que cet endroit ai été le moins accueillant depuis notre départ. Nous décidons de prendre le ferry de 10 heure ainsi nous nous levons à 7 heure pour prendre un petit déjeuner à Mac Donald's pas très loin du parking, il faut vous dire que c'est l'anniversaire d'Alexandre aujourd'hui 😃 . Il faut être présents au port 2 heures avant l’embarquement. Nous voilà partis.


Hélas, on se casse le nez devant Mac do car ils n'ouvrent pas avant 8h30, on décide de continuer notre route et de déjeuner avant d'arriver au port. Encore une fois rien n'est ouvert, cette ville n'est pas faite pour les gens qui se lèvent tôt 😏 ! Nous poursuivons donc vers le port d'embarquement, nous nous contenterons des biscuits offerts par M Gutierrez 👍 ...


Nous suivons le fléchage pour arriver au parking de l'embarquement. Nous retrouvons notre papi breton de la veille avec son camping car.



Nous attendons sur le parking une petite éternité. Nous rêvons d'un bon café... 😃 Puis on nous fait signe d'avancer.... Tous les véhicules présents se suivent désormais à la queue leu leu. Nous nous arrêtons au contrôle de police où ils vérifient nos identités ainsi que la carte grise du véhicule.

Nous apercevons enfin le ferry sur lequel nous allons naviguer.

On patiente encore... Puis nous entrons enfin dans l'antre de la bête... 😃 Le personnel du port nous guide tout le long de la manœuvre, ils nous font faire demi tour afin d'être dans le bon sens pour sortir et nous voilà garés !



Nous montons alors au pont supérieur où se trouve le bar... Yes ! On va le boire ce café !!!

Alexandre est impressionné et heureux !


Au cours de la traversée, qui dure une heure et demie environ, nous nous soumettons au contrôle des passeports par la douane. Pour se faire, le personnel naviguant nous a distribué des fiches à remplir à notre arrivée sur le bateau. Puis nous visitons, tout est nouveau pour nous 😃 nous apprécions le paysage sur le pont, nous guettons l'horizon pour essayer d'apercevoir des dauphins...

La mer est un peu plus agitée vers les côtes marocaines et je commence à ressentir le roulis régulier des vagues. Je commence à ressentir un malaise léger accentué lorsque je suis sur le pont. Ce n'est pas bien grave car il n'y en a plus pour longtemps.


La rive se rapproche, Alexandre est aux anges, nous arrivons. Le ferry entame ses manœuvres. Nous sommes sur le pont et nous n'en ratons pas une miette, c'est impressionnant de précisions ! Comme nous étions les seconds à entrer dans la soute 😄, nous sommes aussi les seconds à sortir. Nous n'aurons pas vu de dauphins...


Là encore, le personnel nous guide pour poursuivre les démarches jusqu'à la douane. Il faut dire que c'est un vrai labyrinthe.


Nous passons devant une zone où s'entassent des dizaines de véhicules chargé d'une façon qui défit toutes lois de la gravité ! Ils sont obligés de tout sortir pour subir des contrôles méticuleux qui durent plusieurs heures ! 😲


Nous arrivons à la douane. On nous fait signe d'attendre. Nous sommes juste devant le camping car du papi . Là, un douanier fait le tour de Bumblebee avec son chien. Il saute à plusieurs reprises sur la carrosserie et a l'air de s'intéresser beaucoup au camion... Il nous demande alors si on a des armes ou des explosifs 😲 en nous regardant dans les yeux un par un pour vérifier si nous ne sommes pas sous l'emprise d'une quelconque drogue je suppose. Je lui réponds que oui, bien sûr nous avons 2/3 pains de TNT et une caisse de Kalashnikov dans la soute... 😂🤣 Vous l'aurez compris, nous lui répondons que non, bien sûr, mais il nous demande de nous garer sur le côté.


Là commence une attente interminable. Tous les véhicules descendus du bateau sont déjà partis... De temps en temps le chien et son maître revient nous voir. Nous gardons le sourire même si on a envie de leur demander si ils ne se foutent pas un peu de nous...


Après une attente de presque 2 heures, un douanier vient nous voir et nous pose quelques questions. Il nous donne un papier et nous demande d'aller passer le camion au scanner 😲

Nous faisons demi tour et nous nous y présentons . Il faut savoir qu'il est plutôt rare de passer ce contrôle à l'arrivée !

Après avoir scanné Bumblebee, le douanier descend de son perchoir et vient nous voir et nous demande si nous avons un drone (le chien a du renifler le lithium de la batterie...). Nous lui répondons que nous en avons bien un, mais que nous savons que l'on ne peut pas le faire voler sur le territoire marocain. Il nous demande d'attendre car il a appelé son chef. Effectivement, une voiture arrive en trombe, un douanier à la mine patibulaire en sort, nous avons juste l'impression que l'on vient de passer 10kg de cannabis ! Il baragouine avec le technicien du scanner puis se dirige vers nous. Il nous demande de sortir le drone. Cyril s'exécute. Là commence un examen minutieux et un interrogatoire en règle...


Il nous rend le drone, et nous demande de retourner au poste de contrôle de la douane. On se demande si c'est ok et si nous allons pouvoir le garder. On espère surtout qu'il ne nous sera pas confisqué ! Puis un petit attroupement se créé et des discussions s'en suivent. Le chef revient nous voir et nous demande de lui refaire voir le drone. Il nous demande si toutes les pièces sont là, les cartes sd etc... Je lui dis que oui et lui tend le sac. Il me regarde et me dit "On vous le prend en consigne vous le récupérerez à votre retour". Finalement on ne s'en sort pas si mal, nous sommes soulagés. Il nous établisse un document pour la consigne.


Le douanier demande enfin les papiers du véhicule et nous établit son admission temporaire sur le territoire marocain. Il est tout fier en nous disant que la procédure est toute nouvelle et plus rapide (la blague !😄). En effet nous fournissons la carte grise et une pièce d’identité et les agents de la Douane s’occupent de cette nouvelle procédure, en fournissant une petite fiche cartonnée, semblable à une carte bancaire, que l'on doit absolument présenter, le jour de la sortie du Maroc. Il parait que l'opération était bien plus fastidieuse avant. Attention toutefois, cette carte est petite et donc facile à égarer !


Nous voilà fin prêts pour commencer notre road trip au Maroc après 2 heures 1/2 d'attente à la douane ! 🤪 Il était temps parce qu'Alexandre commençait à s’impatienter. De plus on a tous très faim !


Nous passons le port et prenons la direction de Tanger. Nous commettons alors une grosse erreur. Nous ne prenons pas l'autoroute...


Au fur et à mesure que nous avançons le silence s'installe dans le camion. Le dépaysement est total, un malaise s'installe. C'est moche, très sale, on est pas du tout rassurés. Nous traversons ce que je qualifierais de petit village : Des enfants, pieds nus, courent et crient partout, sur le bord de la route des abris de fortune, les adultes nous dévisagent, des tas d'immondices jonches les bas côtés, des chiens malingres errent un peu partout... Notre première impression va rester gravée dans nos esprits, c'est sûr...


Nous poursuivons notre route jusqu'à Tanger (51 minutes encore) qui est large et pleine de virages et de travaux. Nous pensions trouver de quoi manger sur le parcours mais il n'y a vraiment rien du tout. Nous aurions dû planifier notre première journée un peu plus sérieusement mais l'euphorie du départ et notre optimisme légendaire ont eu raison de notre sagesse...

Nous n'avons pas d'autre choix que d'avancer.


Arrivés enfin à Tanger notre sentiment est mitigé. Il y a trois facettes : La ville moderne avec ses infrastructures européanisées et une architecture récente mais avec de trop nombreux chantiers abandonnés, propre, à première vue, sa plage de 2 kms tout le long de la baie et la ville ancienne avec la médina derrière ses remparts qui enchevêtrent ses ruelles bordées de façades blanches.

La mosquée face à la Médina de Tanger.


On décide de se garer dans le parking au pied de la médina. Aussitôt, quatre arabes nous font de grands gestes et s'embrouillent eux même sûrement pour savoir qui va empocher le "prix de la place" ! Ça ne nous donne pas trop envie de descendre du camion mais bon, on prend sur nous... On est des bonhommes !! 😂 Finalement ils se mettent d'accord et nous n'avons à faire qu'à une seule personne. N'ayant pas un dirham de monnaie on explique que l'on va manger au restaurant et qu'on paiera après. Restaurant ? Ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd et il nous conseille un endroit. Il veut nous y amener. Nous nous laissons guider, c'est juste derrière les remparts.


L'endroit est authentique. Nous sommes en totale immersion ! Nous commandons un tajine poulet citron. Nous essayons de nous mettre à l'aise malgré notre "guide improvisé" qui reste à la porte du restaurant à nous attendre... Il a l'intention de nous faire visiter la médina et le souk berbère mais nous lui avons dit que nous étions fatigués et que ce serait pour une prochaine fois. C'est pesant et même si je dis rien j'ai conscience que ce séjour au Maroc va être particulier 😕. Nous mangeons notre tajine qui a beaucoup de goût mais le morceau de poulet a très peu de viande, je n'arrive même pas à identifier duquel il s'agit. De plus, il n'est accompagné que d'un citron. Nous aurions dû commander autre chose mais nous passons au dessert. Là, Alexandre voit dans la vitrine réfrigérée un morceau de gâteau au chocolat. Pour son anniversaire, c'est quand même le minimum... Je demande donc qu'on lui serve. La patronne me dit que non et baragouine une explication puis se ravise et me dit que c'est d'accord. J'en profite pour lui demander si elle n'a pas une bougie d'anniversaire.


Là commence un ballet incessant, on comprend qu'elle délègue son personnel pour trouver une bougie et égayer un peu cet anniversaire improvisé. En effet, au bout d'une dizaine de minutes, une petite fille amène le fameux gâteau au chocolat avec une bougie dessus ainsi qu'un ballon (bon, à la place du "bon anniversaire" classique nous avions "il est bon le beaujolais nouveau" 😂), du coup tous le monde a chanté bon anniversaire.



Le temps de l'addition arrive et nous trouvons qu'elle est bien salée pour ce que nous avons mangé... 270 dhr pour 3 mini tajines et un dessert c'est abusé ! L'arabe qui hélas n'a pas d'autre touriste à se mettre sous la dent nous attend toujours de pieds fermes devant la porte 🤔. Je ne rêve que d'une chose c'est me reposer, même Alexandre est flapi, nous lui en faisons part mais il insiste encore et encore, au début avec le sourire, puis il se fait plus pressant...


Il se dégage une ambiance bien particulière de cette médina, C'est l'effervescence et en même temps on croirait que le temps ici, s'est arrêté au moyen âge... Des voitures arrivent à se frayer des chemins dans ces ruelles si étroites dont la plupart roulent rétroviseur rabattus ou bien complément cassés... En plus de l’odeur du traditionnel thé à la menthe mêlée aux odeurs de cuisine épicée , se dégage une odeur de cigarette un peu spéciale… 🤪 On se fait interpeller pour savoir si l’on souhaite acheter de l'herbe...  On sent que les montagnes du Rif ne sont pas loin (le cannabis y est cultivé intensément) .


Tout à coup Alexandre fait éclater le ballon du beaujolais nouveau 😂 en pleine rue. Aussitôt plusieurs arabes nous suivent pour nous en vendre un autre.... C'est épuisant 😕

Nous descendons vers le camion en essayant de zapper complètement nos poursuivant (car oui ils nous poursuivent !!).


On rejoint enfin Bumblebee avant d'avoir laissé 15 dirhams au placeur, bien entendu 😉 Là nous réfléchissons aux priorités : Acheter une carte Sim pour pouvoir avoir du data et la possibilité de téléphoner en local et être joignables, faire quelques courses pour manger, trouver un camping et enfin se reposer !


Lorsqu'on a l'habitude de tout gérer grâce à son téléphone et qu'on a plus de data c'est un peu la panique. Nous nous garons dans le parking d'un carrefour et nous cherchons un magasin "Orange" pour acheter une carte sim. Hélas, il n'y en a pas... Tampis, cela va nous coûter cher mais j'utilise mon forfait pour chercher un camping. C'est ainsi que nous nous rendons dans le seul camping de Tanger.


Vous remarquez qu'aucune photo n'accompagne mon texte. C'est juste que j'étais trop préoccupée par ce nouvel environnement...


la route menant au camping est juste une catastrophe 😱 avec une pente de plus de 15%... Vous connaissez, depuis le temps que je vous en parle, l'application park4night ? He ben voici les derniers commentaires de ce... satané camping 👎 !


"Ce n’est pas une définition exacte d’un camping, entrée mal indiquée en haut d’une route abrupte où on laisse la moitié de son embrayage, pas d’eau le jour de notre visite, point de vidange sur un emplacement derrière un van en stationnement, tout petit espace et sinon ce n’est que des routes, et en plus un voisin s’est fait découper la bâche de sa remorque dans la nuit."

" Je n'ai pas pu y monter : le camping-car a patiné dans la montée alors que je suis peu chargé mais route et pneus très chaud. A oublier pour les gros camping-cars et les soutes chargées. "

" Seul camping de Tanger, accès inadapté et dangereux, manœuvre difficile pour se positionner. Accueil inacceptable de la part du gardien du matin qui nous a demandé de payer un branchement électrique que nous n'avions pas pris, il nous a retenu jusqu'à l'arrivée du responsable... "


Nous n'avons pas le choix donc Cyril prend son élan et le voilà tout en haut de la côte ! Après environ 150 mètres de montée très raide on nous dit d'aller à l'autre entrée qui se situe plus bas dans le virage... 😱 Cyril transpire à grosses gouttes en faisant un demi tour sur place avec la circulation et ce dénivelé de dingue... C'est un cauchemar qui se termine enfin lorsque la porte du camping s'ouvre... Ouf ! Du plat !


J'essaie de faire bonne figure pour Alexandre qui passe une drôle de journée d'anniversaire et pour essayer de remonter le moral à Cyril mais j'ai juste envie de pleurer... Et ce n'est pas la visite du camping qui va nous remonter le moral car c'est très sale, les douches oui c'est possible si on aime se doucher dans le noir avec des araignées et autres réjouissances qui vous surveillent du coin de l’œil... Les WC ne sont guère mieux, nous utiliserons les nôtres.


Le bâtiment blanc est un ancien hôtel je suppose tout explosé à l'intérieur quant à la piscine elle était sur la terrasse mais ce n'est plus qu'un lointain souvenir...


On se repose un peu et on décide (on est des fous ! 😂 ) de braver Tanger le soir à pied ! Nous voilà partis. Nous nous arrêtons dans une petite échoppe où un gamin d'environ 12 ans nous vend de quoi boire et (ho ! Bonheur !! 👍) une carte sim "Maroc Telecom" avec des recharges. Nous sommes sauvés ! Un problème résolu ! Alexandre pourra voir ses vidéos ce soir et je pourrais poster quelques nouvelles.


Nous cherchons ensuite une pizzeria pour faire plaisir à Alexandre. Nous trouvons à environ 1 km 1/2. J'ai l'impression que tous le monde nous dévisage et certains regards sont très insistants à mon encontre. En fait, Cyril a le même sentiment et ce n'est pas une impression !

C'est très pénible d'être les seuls européens dans le coin !


Il doit pas être loin de 20 heure et toutes les familles sortent dehors pour s'installer sur les pelouses près des routes ou dans les parcs. Ils arrivent par dizaines avec leur tapis.


On arrive enfin à la pizzeria où le personnel est très gentil, on paie 165 dhr pour 3 pizzas et 3 sodas. On passe au bazar juste à côté pour acheter une glace à Alexandre et nous tombons là encore sur quelqu'un de serviable. Il nous fait comprendre qu'un taxi serait mieux pour rentrer au camping pour une question de sécurité (donc ce n'était pas du tout une impression) et nous explique le système de recharge sur notre carte sim pour recharger en data.


Le taxi essaie de nous prendre 50 dhr au lieu de 10 dhr (prix que le commerçant nous avait dit de ne pas dépasser) mais je ne lâche rien.


Nous rentrons au camping. Nous nous couchons en espérant que les jours qui suivent saurons nous faire apprécier le Maroc !?




245 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Avertissement

Vous connaissez des personnes porteuses de trisomie 21 que l'on pourrait rencontrer lors de notre voyage ?

Vous connaissez une association menant des actions centrées sur la personne porteuse de trisomie 21 ?

Prenez contact avec nous ! Nous serons ravis de les intégrer à notre projet.

Recevez notre newsletter
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc
  • Icône Pinterest blanc
  • Icône Twitter blanc